Philosopher avec les enfants

11 février 2020

Une philo..! avec un sucre, ou deux?

 

Les cafés philo ont joué un grand rôle dans mon rapport avec la philosophie. Je pourrais dire que j'ai été réconciliée avec ce mot et ces notions grâce aux philosophes qui ont su proposer des débats au sein de l'agora. Notamment celle de la médiathèque de Melun où, une fois par mois depuis 8 ans, un philosophe un peu "rockeur" sous des airs désinvoltes et la voix cassée, propose de formidables débats à qui veut bien y prendre part.  

Chaque personne présente peut proposer un thème qui lui tient à coeur; ce thèm est reformulé avec l'aide du philosophe et de l'assistance sous forme de problématique; par exemple: "je veux parler de la grande présence des réseaux sociaux dans nos vies ", peut devenir " En quoi les réseaux sociaux supplantent-ils les rencontres et les discussions dans la vraie vie?". Puis le public vote pour les problématiques proposées, il peut voter plusieurs fois. Le thème qui remporte le plus de vote est retenu.

Les règles d'or sont établies également: chacun est libre de prendre la parole en levant la main. D'accord ou non avec les propos, celui qui prend a parole doit "penser ce qu'il dit et dire ce qu'il pense". Un temps de réflexion est aussi laissé à celui qui doit justifier ses propos afin qu'il chemine tranquillement vers ses réponses. Cela est important je trouve car cela laisse le temps de la réflexion à celui qui a pris la parole sans qu'on lui souffle la réponse ou qu'on le coupe. Cela permet aussi à celui qui prend la parole d'aller plus loin que le présent et systématique "je sais pas" que l'on met à toutes les sauces dans nos conversations.

Enfin, avant que le débat ne semble  commencer; les mots clés sont définis ensemble: "qu'appelle t'on réseaux sociaux? " comment définir la vraie vie d'aujourd'hui?". Le mot discussion est aussi expliqué. Chaque mot et notion sont éclaircis afin que l'on avance dans la lumière ensemble.

Puis le débat commence, grâce à Bruno Magret qui en plus d'une belle culture  a aussi beaucoup d'humour! 

http://brunomagret.viabloga.com/

Quel plaisir de sentir sa pensée  partagée mais aussi mise à mal tout en utilisant à chaque fois la parole. Comme le dit Bruno, dans la vie, lorsque l'on est en désaccord avec quelqu'un, soit l'on fuit, soit l'on crée un conflit, soit l'on discute !Encore faut-il savoir entendre, écouter et s'écouter!

Un grand merci à ces philosophes des cafés-philo qui redonnent à la philo ses valeurs démocratiques!

 

 

 

Posté par Camille Gousset à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 février 2020

La philo avant le bac pour les enfants?

Etudiante à l'IUFM, je deviens professeure des écoles. Aucune sensibiliation ne m'a été proposée lors de mon cursus universitaire. J'ai entendu vaguement parler de débats que l'on pouvait animer lors des heures Education Morale et Civique en cycle 3. J'ai écouté mes professeurs relater les prolongements éventuels après la lecture d'un album pour donner son avis sur l'amitié, l'amour, la mort...

Donnez des idées et parler un peu de ses émotions en dernière partie d'un exercie à l'oral quand l'enseignant veut bien prendre le temps d'y penser et de  valoriser ce moment. C'est trop peu et cela ne me convaint pas. J'essaie pourtant avec ma classe de Grande Section au lycée français d'Abu Dhabi quand des thèmes me semblent incontournables, notamment le deuil dans la famille d'un enfant, les familles séparées lors de la fête des pères et des mères...

Mes débats sont très guidés; les enfants semblent pourtant très ouverts,  les réponses sont surprenantes de franchise, de sensibilité. Je me sens bien lors de ses  échanges qui font parfois surgir de bien fortes émotions chez moi, l'adulte.

Quand j'en parle à mes collègues, la majorité me dit ne jamais en faire par "peur" de ne pas savoir gérer le réponses des enfants notamment dans le cas du thème de la mort; d'autres me disent ne pas avoir le temps de pratiquer ce genre d'ateliers.

Une collègue et amie me dit qu'elle le fait dans sa classe. (OUF!) Elle me parle aussi d'un professeur de philosophie du lycée qui milite depuis toujours pour faire pratiquer la philosophie bien avant le bac, dès la seconde.

Nicolas L. Professeur de philosophie avait essayé de faire changer les choses et notamment lors de sa mission en tant que référant dans les écoles françaises au Maroc. De retour en France, il a fait partie d'une équipe enseignante qui proposait la philosophie dans un lycée professionnel, de manière plus co-constructive et humaine (voir références site).  

https://disciplines.ac-toulouse.fr/philosophie/sites/philosophie/files/fichiers/bilan_exp_philo_lp_h_boucher_2017-2018.pdf

Des accroches variées autour de l'art, de photos, de textes lus, de chansons pour interloquer un vaste public. Pour donner envie de participer, envie de savoir, de connaître et de se connaître. 

Chaque année, au moment du bac, les sujets sont énoncés à la radio et à la télé; des sujets qu'il me semble difficile à débattre sur une feuille blanche... les élèves qui doivent s'y pencher ont-ils appris à débattre avant?  Avec des vraies personnes, comme dans une agora ou ont-ils encore bêtement écouté les cours et lus les auteurs imposés sans en retenir grand chose à part que ces philosophes sont difficiles à atteindre et sont presques tous morts depuis des siècles.

Quel est t-il de l'état de la philosophie chez les jeunes en 2020?

 

 

Posté par Camille Gousset à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 ans... la philo obligatoire!

J'ai 17 ans quand j'entends parler de philosophie au lycée. Comme nombres de lycéens, je n'ai pas eu la chance de pratiquer cette discipline avant la classe de Terminale. Matière étrange pour moi que je n'arrivai pas à définir. Ma soeur en avait beaucoup parlé quand elle avait passé son bac quelques années auparavant mais elle s'attardait surtout sur sa prof loufoque qui distribuait des notes alléatoires. Alors pendant cette année scolaire en 1996-97, je lis des philosophes, je découvre des mythes, j'apprends à écrire des pages et des pages, je m'étonne chaque jour des embrasements de mon prof de philo adorable mais que je ne comprends pas vraiment. L'année se passe, mes notes sont basses, les cours sont un monologue avec quelques interventions des élèves quand on nous laisse la parole! Bref, je ne retiens pas grand chose sur le plan humain de ses moments. Je suis moi-même surprise de mon 13/20 au bac! 

Je laisse les philosophes de côté pendant quelques années ...

Posté par Camille Gousset à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

De 5 à 77 ans : mes rencontres "philo"

Voici plusieurs mois que j'ai commencé la formation d'animateurs en suivant le parcours de l'association Seve.

Voici mon cheminement depuis mes débuts; du stage aux animations auprès des enfants, des cafés philo à mes lectures, de mes rencontres à mes questionnements!

Posté par Camille Gousset à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]